Coups de cœurSF & Fantastique

[Critique] Trilogie Reviver – Tome 1 : Treize, de Seth Patrick

Alors là mes enfants, alors LÀ ! Je ne trouve même pas les mots pour introduire ce billet dignement. Comme vous l’aurez compris grâce au titre, je viens tout juste de terminer le roman Treize, écrit par Seth Patrick, et publié aux éditions Super 8 en Novembre dernier. Ce livre est le premier tome de la trilogie fantastique Reviver, fantastique dans tous les sens du terme il faut le dire. La blogosphère littéraire en fait l’éloge depuis des mois, mais vu la taille de ma pile à lire je n’ai pu m’y mettre qu’il y a deux jours. J’ai eu bien du mal à terminer les engagements littéraires que j’avais par ailleurs, impatiente que j’étais de le dévorer. En tout cas, il fallait que je vois par moi-même pourquoi ce bouquin avait rendu dingue toutes les personnes l’ayant lu autour de moi ! Et j’ai vu… Oh oui, j’ai vu croyez-moi…

Résumé officiel de l’éditeur:

Le temps des Revivers est arrivé. Les Revivers, ce sont ces hommes et ces femmes capables, d’un simple contact tactile, de ramener brièvement les morts à la vie – pour leur permettre de faire leurs adieux à leurs proches, par exemple, ou, dans les cas les plus radicaux, de révéler à la police l’identité de leur assassin. Modeste et introverti, Jonah Miller est l’un des Revivers les plus talentueux au monde. L’un de plus tourmentés également. Et ce qui vient de lui arriver n’est pas pour le réconforter : lors d’une séance d’interrogatoire menée auprès d’une jeune femme sauvagement assassinée, Jonah a eu l’impression qu’une présence menaçante était tapie de l’autre côté, du côté des morts. Sensation uniquement due au stress ? Jonah n’en est pas certain.
Lorsque Daniel Harker, l’homme qui a révélé au monde l’existence des Revivers et de l’organisation Baseline censée exploiter leurs compétences, est assassiné, Jonah est chargé d’élucider les causes de ce nouveau meurtre. Petit à petit, il réalise que les pouvoirs dont il est dépositaire le dépassent. Bientôt, tout ce qu’il tenait pour vrai s’effondre, tandis que se dessinent les contours d’une sinistre conspiration.

Ce synopsis envoie du bois, c’est un fait. Dès que je l’ai lu, Treize m’a littéralement obsédé. La petite synthèse ci-dessus a déjà bien dû vous éclairer sur l’histoire de ce roman, mais laissez-moi y revenir de façon plus précise.

L’humanité a découvert que certaines personnes avaient la capacité de ressusciter temporairement les morts. Cette faculté, appelée la ressuscitation, a été dévoilé au monde par deux personnes: Daniel Harcker (écrivain) et Eleanor Preston (première reviver connue). Suite à cette révélation, l’organisation Baseline a vu le jour, pour tenter de comprendre le mécanisme et les limites de ce don. Dans tous les pays, d’importantes recherches ont été faites pour trouver les revivers qui s’ignoraient, et ainsi pouvoir les « former ». Certains ont choisi de se consacrer au secteur privé, bien plus intéressant financièrement, et d’autres ont rejoint le domaine médico-légal, où cette aptitude permettait de faciliter grandement le travail des enquêteurs aux affaires criminelles. Jonah Miller fait partie de ces derniers. Découvert à l’adolescence, après avoir ressuscité sa mère qui venait de mourir quelques minutes plus tôt, il a été entraîné et « éduqué » par Sam Deering, d’abord membre de Baseline, puis chef du Forensic Revival Service (Service de ressuscitation médico-légal) de la côte Est centrale des Etats-Unis. Jonah travaille maintenant pour le FRS, et vient de traverser une sale période suite à une enquête s’étant mal déroulée. Encore fragile, il est néanmoins envoyé sur le lieu du crime d’une certaine Alice Decker, victime qu’il va devoir ramener quelques minutes à la vie. Après une ressuscitation difficile mais banale, une chose terrifiante et complètement inhabituelle se produit. Une présence démoniaque prend possession du cadavre, et s’adresse à lui en ces quelques mots « Nous te voyons ». Cette expérience va totalement faire sombrer notre héros, jusqu’à atteindre son point culminant lors de la ressuscitation de Daniel Harcker. À partir de là, tout va partir en vrille, et il va se retrouver aux prises avec des éléments sur lesquels il n’a aucun contrôle. Aidé par la fille de Daniel, une journaliste nommée Annabelle, il va déplacer des montagnes pour élucider le mystère qui l’entoure, et tenter d’empêcher que la pire créature qui soit anéantisse l’humanité.

Que dire… Tout est brillant dans ce roman ! Aussi bien le concept même de ressuscitation que les personnages minutieusement travaillés, en passant par LE mystère (sur lequel je ne m’attarderai pas de peur de trop vous en dévoiler) et la plume de l’auteur. Les ressuscitations sont décrites avec un réalisme bluffant, pour une lecture au final très « cinématographique ». On s’y croirait presque ! J’ai été fasciné par ce que je lisais, hypnotisé serait même le terme le plus juste. Cette histoire est un savant mélange de thriller et fantastique, agrémenté d’une touche d’horreur absolument divine. Dès la première page, Treize m’a happé pour ne plus me lâcher jusqu’à l’épilogue. Et au vu de ce dernier justement, il m’est impossible de m’en détacher complètement, car cette fin ne laisse présager que d’excellentes choses à venir. J’espère vraiment une sortie rapide du deuxième tome après la version originale, car c’est un énorme coup de coeur pour moi.

Courez vous le procurer les yeux fermés si vous aimez frémir, car même Hollywood s’est jeté dessus ! Les droits d’adaptation pour le cinéma ont été acheté par les producteurs des films Inception et de la trilogie The Dark Knight (à savoir Legendary Pictures). Autant vous dire que cela risque d’en faire un futur carton dans les salles obscures. Quant à moi, je vais me pencher plus sérieusement sur le catalogue des éditions Super 8, spécialisée dans l’horreur, le fantastique, l’apocalyptique etc. Une maison d’édition faite pour moi en somme.

L'auteur : Morrigane

Myopathe trentenaire dévergondée • Vieille étudiante en Lettres Modernes • Autrice • Rédactrice & CM freelance • Blogueuse #PopCulture #Écriture #Lifestyle • Gameuse à mes heures perdues

5 Commentaires

Laisser un commentaire